La centrale de Fusina


La centrale de FusinaLa première centrale électrique alimentée à l'hydrogène au monde à l'échelle industrielle est entrée en fonction lundi 12 juillet à Fusina, dans la province de Venise. Le choix de Fusina comme siège de l'expérimentation est dû à la présence de la centrale thermoélectrique à charbon et du pole pétrochimique voisin de Port Marghera (Venise), qui fournit les matières premières.

La centrale à hydrogène

La centrale, la première au monde de ce type de dimensions industrielles, a une puissance de 16 MW. Elle consiste dans un cycle combiné alimenté avec de l'hydrogène pour produire de l'énergie électrique et de la chaleur, en développant environ 12 MW de puissance. Le rendement du cycle est augmenté en exploitant la chaleur des fumées émises pour produire de la vapeur à haute température qui, envoyée à la centrale voisine à charbon, engendre ensuite de l'énergie pour une capacité additionnelle d'environ 4 MW. La centrale, qui utilise 1,3 tonne d'hydrogène, a un rendement électrique global égal à environ 42 %, substantiellement dépourvu d'émissions - quel qu'en soit le type. L'énergie produite, environ 60 millions de KWh chaque année, sera en mesure de satisfaire les besoins de 20 000 familles, en évitant d'émettre en atmosphère plus de 17 000 tonnes d'anhydride carbonique (CO2). La centrale, qui a demandé un investissement global d'environ 50 millions d'euros, est située dans la zone de la centrale Enel « Andrea Palladium » à côté du port pétrochimique de Marghera dont elle reçoit l'hydrogène engendrée comme résultat du cycle productif. La centrale expérimentale à très haute efficacité fait partie des projets de « Hydrogène Park », le consortium né en 2003 sur initiative de l'Union industrielle de Venise, avec le soutien de la région Vénétie et du ministère de l'Environnement, pour environ 4 millions d'euros. Le but du consortium est de promouvoir dans la zone industrielle de Port Marghera le développement et les applications des technologies de l'hydrogène dans le secteur du transport et de la production d'énergie électrique.

Recherche et innovation

La centrale de Fusina est la plus apte à recevoir cette première mondiale : elle a, en effet, une longue tradition de recherche et innovation attentive à l'environnement, grâce aux capacités technologiques d'Enel et au soutien des institutions locales et régionales. La nouvelle centrale pose Enel et l'Italie à l'avant-garde dans le développement de systèmes pour l'emploi de l'hydrogène.
A Fusina, en effet, pour la première fois en Italie, ont été adoptés depuis 1997 des techniques de désulfuration et des dénitrification ; depuis 1999, des filtres à manche pour l'abattage des poussières ; depuis 2008, de nouveaux systèmes pour l'intégration des bâtiments industriels dans l'environnement. En outre, Fusina est à l'avant-garde pour affronter un des plus graves problèmes de l'Italie : le recyclage des déchets. Après une vaste expérimentation, établie avec la région Vénétie, la province et la commune de Venise, la centrale est aujourd'hui en mesure d'utiliser en pleine sûreté 70 000 tonnes de CDR, c'est-à-dire le combustible dérivé de la collecte sélective et du traitement des déchets solides urbains. C'est l'équivalent des déchets produits par 300 000 foyers : en employant, à la place du charbon, le CDR pour alimenter les chaudières de la centrale, on récupère le contenu énergétique et on évite ainsi la mise en décharge, en épargnant des émissions de CO2 égales à environ 60 000 tonnes par an.

Guide pour les consommateurs d'électricité